Recruter un jeune chercheur : avantages et dispositifs d’aide

256
Partager :
jeune diplomé

Et si vous embauchiez un jeune chercheur pour contribuer à vos projets de R&D en entreprise ? Plusieurs dispositifs d’aide rendent le recrutement de doctorants et jeunes docteurs particulièrement avantageux. Tour d’horizon.

D’après l’état de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation n°15, 282 600 chercheurs travaillaient en entreprise en France en 2019. Dans leur écrasante majorité (79 % en 2019), ceux-ci concentrent leurs activités de R&D dans les secteurs des mathématiques, de l’informatique et des sciences de l’ingénieur. Il est d’ailleurs à noter que la majorité de ces chercheurs en entreprise (55 %) sont issus d’écoles d’ingénieurs ou possèdent un master 1 ou 2 d’une université (20%).

A voir aussi : Comment trouver un bon serrurier ?

De fait, un chercheur en entreprise désigne l’ensemble des scientifiques mais aussi des ingénieurs travaillant à la conception ou à la création de connaissances, de produits, de procédés, de méthodes ou de systèmes nouveaux, ou à l’encadrement d’équipes de chercheurs. Or, en 2019, les titulaires d’un doctorat ne représentaient que 12 % des chercheurs en entreprises, soit un faible poids en comparaison des ingénieurs.

De manière générale, le monde de la recherche académique et celui de l’entreprise restent peu perméables en France. Cependant, des thèses CIFRE au statut “jeune docteur” du CIR, les pouvoirs publics ont mis en place différents dispositifs afin d’inciter à plus d’échanges entre le monde de la recherche académique et celui de l’entreprise. Faisons le point sur les avantages liés au recrutement d’un jeune docteur ou l’intégration d’un doctorant en entreprise.

Lire également : Création du nom d'entreprise : l'importance du public cible

Pourquoi recruter un jeune chercheur ? Des compétences variées au service des projets de R&D de l’entreprise

Encore assez peu présents dans les entreprises, les chercheurs issus de la recherche académique ont pourtant beaucoup à apporter à leurs activités de R&D. En effet, l’éventail de compétences des doctorants et docteurs ne se limite pas à leurs connaissances scientifiques.

Au fil de leur thèse, ceux-ci développent aussi une série de hard et soft skills particulièrement pertinents pour mener à bien des projets en entreprise. L’ANDès (Association Nationale des Docteurs) les a répertoriés dans cette fiche illustrant la montée en compétence des doctorants. Elle souligne par exemple l’expertise des docteurs en matière de :

  • gestion de projet (méthodologie, planification, budget, collaboration, organisation des données, sécurité…),
  • communication (transmission du savoir, enseignement, médiation, rédaction d’articles…),
  • réseau,
  • ressources humaines,
  • valorisation de la recherche (enjeux et applications, propriété intellectuelle et industrielle),
  • bibliographie.

Les doctorants et docteurs développent donc, au fil de leur parcours académique, un ensemble de compétences permettant de mener à bien, coordonner, encadrer et valoriser des projets de R&D. Ils sont donc en mesure d’apporter une contribution précieuse à l’entreprise et à ses projets. A ces atouts “de fond” s’ajoutent des avantages économiques importants, grâce à différents dispositifs mis en place par les pouvoirs publics.

La thèse CIFRE

Créé en 1981, le dispositif CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) a une triple vocation :

  • renforcer les échanges entre les laboratoires de recherche publique et les milieux socio-économiques,
  • favoriser l’emploi des docteurs dans les entreprises,
  • contribuer au processus d’innovation des entreprises établies en France.

Concrètement, il consiste en une aide financière destinée aux entreprises qui recrutent un doctorant qui mènera à bien des activités aboutissant à la soutenance d’une thèse. Intégré à l’entreprise et à ses projets, le doctorant bénéficie en même temps de l’encadrement scientifique d’un laboratoire public. Il devient ainsi un maillon central de la recherche partenariale entre le monde académique et celui de l’entreprise, tout en augmentant ses chances de trouver rapidement un emploi en entreprise.

En pratique, l’entreprise reçoit une subvention annuelle de 14 000 € pendant 3 ans pour l’embauche d’un doctorant. Pour en bénéficier, le salaire annuel brut prévu par le contrat de travail (CDI ou CDD de 3 ans) doit impérativement être au moins égal à 23 484 €.

Thèse CIFRE et CIR

A cette subvention annuelle s’ajoutent, bien entendu, les avantages du Crédit d’impôt recherche. En effet, comme toute dépense liée à la R&D en entreprise, les charges engendrées par une thèse CIFRE sont éligibles au CIR.

Le montant du CIR correspond alors à 30 % du coût salarial brut chargé du doctorant, augmenté du forfait de coût environné. De ce coût total est déduit le montant de la subvention CIFRE pour le calcul du CIR.

simulation n°1

Le statut “jeune docteur”

Recruter un jeune docteur en entreprise, par exemple à l’issue d’une thèse CIFRE, permet de bénéficier d’avantages conséquents en matière de CIR. Pour bénéficier du statut “jeune docteur”, trois conditions doivent être remplies :

  • Le chercheur doit être titulaire d’un doctorat hors médecine, pharmacie, vétérinaire et dentiste.
  • Il doit s’agir du premier CDI du doctorant après obtention de sa thèse (ou du deuxième CDI si le premier contrat de travail a été rompu avant la fin de la période d’essai).
  • L’effectif salarié moyen de R&D de l’entreprise ne doit pas avoir diminué par rapport à l’année précédant l’embauche.

Calcul du CIR pour un “jeune docteur”

Lorsque ces conditions sont remplies, les dépenses liées à la rémunération d’un titulaire d’un doctorat (ou diplôme équivalent obtenu à l’étranger) peuvent être retenues pour le double de leur montant pendant les 24 premiers mois. De plus, le forfait des frais de fonctionnement liés à son intervention est également majoré à 200 %. Au total, la valorisation de l’assiette totale de dépenses engendrées par le recrutement du docteur s’élève à 400 % de sa rémunération.

Pendant deux ans, le montant du CIR, dont le taux est fixé à 30 %, est donc déterminé en fonction de cette assiette valorisée. Cela se révèle très avantageux, comme le démontre la simulation ci-dessous :

simulation n°2

En d’autres termes, pendant 24 mois, pour 1000 € de salaire brut versés au docteur, l’entreprise récupère 1200 € de CIR. A l’issue des deux premières années du contrat, le doctorant est valorisé de la même manière que les autres personnels R&D de l’entreprise dans le cadre du CIR.

Pour tout savoir sur le Crédit d’impôt recherche, découvrez notre guide complet sur le sujet. Les experts de Myriad Consulting peuvent vous accompagner pour calculer le montant de votre CIR et constituer votre demande. N’hésitez pas à nous contacter : nous vous aiderons à identifier l’ensemble de vos dépenses et activités éligibles au CIR, à rassembler les justificatifs nécessaires et à déposer votre demande.

Partager :