Le site archéologique du port de Marseille va être entièrement restauré. Cette restauration se fait cinquante ans après la mise au jour « des vestiges de la bourse » qui ont été dégagés en 1967. Il s’agit d’une grande opération qui se fait en coordination avec la Ville et la Drac pour rendre les lieux plus lisibles aux visiteurs.

Une restauration de bon nombre d’objets anciens

L’opération qui est envisagée par la ville de Marseille a pour but une restauration des vestiges qui ont beaucoup souffert avec le temps. Une étude a même fait savoir que les pierres du site ont pu développer entre temps d’importantes dégradations. En effet, ces pierres étaient exposées aux pluies, à l’air libre, aux remontées capillaires depuis le sol, et à l’action plus réduite des sels solubles.

Il a ainsi été lancé un appel d’offres dans lequel figure une surveillance archéologique étroite du site. Il s’agit d’un chantier qui nécessite un énorme investissement, puisque le tout est estimé à 2,2 millions d’euros. Le Port antique de Marseille est considéré comme un site archéologique de tout premier ordre.
Il a été classé monument historique pour le mur dit de Crinas depuis 1916. Pour ce qui est de la grande parcelle de 3000m², elle a été classée depuis 1972.

Une parcelle qui renferme un bon nombre de vestiges

Ce bassin de 3000m², qui a été classé monument historique depuis 1972, renferme un bon nombre de vestiges. Parmi ces vestiges qui ont une interprétation très complexe, on peut citer le bassin d’eau douce, les remparts, l’aqueduc, la tour carrée, la corne du port, la marbrerie, etc.
Il existe d’autres vestiges qui se trouvent dans cette réserve archéologique qui n’a pas tout dévoilé.

Quelle est la volonté d’un tel projet ?

Cette volonté de la ville de Marseille de faire du port antique la première salle du musée d’histoire vise à revaloriser ce site majeur de l’histoire marseillaise. L’espace va être élevé au rang de première salle du Musée d’Histoire de Marseille. La voie recouverte de dalles qui traversait le jardin va être transformée en axe piétonnier du musée.

Cet axe sera accessible via un escalier qui sera positionné rue Henry-Barbusse. Ce lieu disposera d’une billetterie pourvue d’un ascenseur pour faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite. C’est la porte de la cité qui est ouverte entre deux tours dans le rempart hellénistique du IIe siècle avant J.C, qui va servir de seuil à la salle du musée d’histoire.