Depuis le passage des cigarettes traditionnelles aux cigarettes électroniques, les comportements ont quelque peu changé. Rappelons que la cigarette électronique ou e-cigarette est une alternative électronique à la cigarette traditionnelle. Les cigarettes électroniques produisent une vapeur aromatisée ou non, semblable à celle générée par le tabac. Développées pour les fumeurs souhaitant réduire leur consommation en tabac, les e-cigarettes ont peu à peu été adoptées par de très nombreux utilisateurs. Quels sont réellement les changements à noter ? Au niveau de la société, de la loi, des médias et de l’environnement, que peut-on remarquer ?

Cigarettes électroniques : quelles différences sur le comportement des fumeurs

Bien que la transition ne soit pas toujours facile, les vapoteurs sont généralement mis en confiance dès le début. 1 fumeur sur 10 continue à fumer du tabac au début de sa transition, mais le délaisse peu à peu au profit de l’e-cigarette, d’ailleurs 95% des fumeurs ayant décidé d’arrêter de fumer grâce à l’e-cigarette y sont parvenus.

A lire en complément : L'appareil auditif se modernise

En faisant leur achat chez des revendeurs tels que vapo-r.com, ils peuvent contrôler le taux de nicotine contenu dans leur e-liquide. Le fumeur est ainsi en mesure de diminuer le taux de nicotine qu’il vapote au fur et à mesure. Les e-fumeurs réduisent également le temps qu’ils accordent au vapotage, soit un peu moins de 5 minutes pour plus de la moitié des vapoteurs.

e-cigarette

A voir aussi : Reprendre une activité physique pour préserver sa santé

E-cigarette VS cigarette classique : que dit la loi ?

En Europe, la législation sur les cigarettes classiques est plus ou moins identique à celle sur les cigarettes électroniques. Comme une cigarette “traditionnelle”, la cigarette électronique et tous ses dérivés sont absolument interdits à la vente pour les mineurs, selon l’article 36 sur la consommation. D’ailleurs, tous les sites de vente d’e-cigarettes ont l’obligation de contrôler l’âge de chacun de leurs visiteurs et d’exiger à chaque individu souhaitant se procurer une cigarette électronique ou l’un de ses dérivés une pièce d’identité pouvant attester de son âge légal.

Législation sur la cigarette électronique et les lieux publics

Autre similitude entre la cigarette classique et l’e-cigarette : l’interdiction de vapotage en lieu public en vigueur depuis le 1er octobre 2017. L’article L3512-6 du code de la santé publique définit les lieux publics dans lesquels les cigarettes électroniques sont interdites avec ou sans nicotine, au risque d’une amende de 35€. On distingue les lieux suivants :

  • tout établissement destiné à accueillir, former et héberger des mineurs : établissements scolaires, pensionnats,
  • moyens de locomotion publics fermés : bus, taxis, métros,
  • espace de travail collectif clos.

Seuls certains lieux publics tels que les restaurants, les chantiers BTP, les bureaux personnels pouvant être fermés par une porte et les bars sont épargnés par cette réglementation, à moins d’une interdiction interne.

Comme les fumeurs traditionnels, les vapoteurs travaillant dans des bureaux partagés et espaces de coworking ont l’obligation de s’installer dans un coin réservé aux fumeurs à la pause destinée à cet effet. Dans les coins publics où le vapotage est autorisé, il est tout de même recommandé de s’éloigner des non-fumeurs ou de réduire la puissance de la cigarette électronique en présence des mineurs.

La publicité de la cigarette électronique également prohibée

La directive européenne sur les produits du tabac interdit formellement toute incitation à fumer ou publicité sur tous les dispositifs de cigarette électronique. Cette interdiction est en vigueur depuis l’ordonnance 2016-623 du 19 mai 2016. Néanmoins, les établissements de vente sont autorisés à afficher des publicités dans leurs locaux uniquement s’ils ne sont pas visibles de l’extérieur.

Les impacts environnementaux

Adieu les mégots de cigarette

Considérons qu’un fumeur de cigarettes traditionnelles consomme en moyenne 20 cigarettes par jour, ce qui équivaut à 30 paquets par mois et donc 600 mégots par mois et par fumeur. Une fois jetés, ces mégots sont lancés à la mer et peuvent polluer jusqu’à 500 litres d’eau.

Si l’on multiplie ces chiffres au nombre de fumeurs dans le monde, ces chiffres peuvent devenir très alarmants. Il faut également savoir qu’un mégot de cigarette contient de la nicotine, du phénol et des métaux lourds. Ces substances peuvent s’infiltrer dans les réseaux d’assainissement endommager les systèmes de filtration, ce qui est particulièrement préoccupant.

Ces mégots sont également difficilement recyclables : les filtres des cigarettes traditionnelles sont fabriqués en acétate et en cellulose, ce qui implique également l’utilisation d’autres produits chimiques pour les compresser. Malheureusement, seulement 2% des cigarettes traditionnelles sont fournies sans filtre. Les e-cigarettes, elles, n’utilisent pas de mégots et permettent ainsi de venir à bout des mégots jetés ici et là.

Une amélioration de la qualité de l’air

Outre le fait de dégager moins de vapeur nocive que la cigarette traditionnelle, la cigarette électronique est soumise à une réglementation beaucoup plus stricte en ce qui concerne le vapotage dans les lieux publics. Comme la cigarette électronique ne nécessite aucune combustion, la fumée est beaucoup moins toxique que celle du tabac. Si la cigarette classique laisse échapper dans sa vapeur plus de 40 substances cancérigènes et toxiques, la cigarette électronique, elle, ne dégage que de la vapeur d’eau.

Vers une démarche beaucoup plus écologique avec la cigarette électronique

Dans un monde où le recyclage est le maître-mot, la cigarette électronique a, elle aussi, sa place. Exit les cigarettes jetables à tout-va, maintenant les dispositifs de cigarettes électroniques peuvent être réutilisés des années durant. Toutes les composantes, y compris la batterie, sont recyclables.

Vous pouvez d’ailleurs penser à recycler vos batteries d’e-cigarettes de la même façon qu’une cigarette ordinaire, sachant que celles-ci ne peuvent pas être jetées avec vos ordures ménagères. Il est vrai que le réservoir d’e-liquide est en plastique et donc polluant, mais si vous en choisissez de plus grands, à l’instar de ceux de 50 ou 100 mL, vous pouvez réduire en conséquence les impacts environnementaux.