Depuis 2017, les vitres teintées sont interdites à l’avant des véhicules. En France, les véhicules arborant ce filtre de discrétion restent cependant nombreux. Si de nombreux conducteurs tiennent à l’intimité qu’il offre sur les routes, d’autres décident régulièrement de les enlever. Petit tour sur la question !

Un décret pour limiter les teintes des vitres latérales

Les automobiles dont les vitres latérales présentent un taux de teinture supérieur à 30% ne sont plus autorisées à rouler en France. Cette loi, imposée par le décret n°2016-448 en date du 13 avril 2016, supprime le droit de rouler aux véhicules dont les teintes des vitres latérales ne sont pas conformes au taux minimal de transparence établi à 70%. Le non-respect de ce décret expose le conducteur à une amende de 135€, ainsi qu’au retrait de 3 points sur son permis de conduire.

Ces mesures dissuasives ont prouvé leur efficacité, et ont incité les particuliers comme les professionnels à effectuer des changements dans les temps impartis. Pour rester en règle, les propriétaires doivent opter pour des films aux normes. Idéalement réalisée par un professionnel, l’opération nécessite un investissement de quelques centaines d’euros. En fonction des régions et des prestataires, ce prix peut rapidement augmenter.

Faire appel à un professionnel pour ses vitres teintées : une solution pratique

Si l’intervention d’un professionnel est recommandée pour enlever le film teinté de vos vitres, elle pourra également être utile pour en poser. Disposant des techniques et des connaissances nécessaires à cette opération, un professionnel reconnu connaît les bonnes pratiques pour placer ou retirer les films teintés sans endommager vos vitrages. Cette intervention constitue le choix idéal si vous souhaitez d’abord préserver la qualité de vos vitrages et des mécanismes à proximité.

S’il est conseillé aux personnes ayant de faibles capacités en bricolage, le recours à un professionnel n’est pas obligatoire pour ce type d’opération mineure.

poste film vitre teintée

Poser du film teinté sur ses vitres auto : une opération à faire soi-même

Il est ainsi possible de procéder personnellement à la pose du film teinté sur les vitres latérales de votre véhicule. L’opération est assez simple, et peut être réalisée à l’aide d’outils rudimentaires, mais le filtre choisi doit cependant respecter les normes en vigueur.

Commencer par le nettoyage de la vitre

Cette première opération est indispensable pour que le film teinté adhère à la vitre, mais également pour le résultat soit impeccable. Le nettoyage préliminaire se fait idéalement dans un endroit protégé du vent et de la poussière, afin de limiter la dépose de particules nuisant à la bonne pose du film.

Les garnitures des portes, tout comme la plage arrière, doivent obligatoirement être protégées par un sac poubelle par exemple. Cette solution permet de limiter les risques de coulures durant le nettoyage et la pose. Si l’extérieur de la vitre est ce que l’on pensera principalement à traiter, la face intérieure doit également être nettoyée, avant d’être abondamment rincée à l’eau déminéralisée. L’utilisation d’un nettoyant à vitre doux et d’un chiffon non pelucheux sera recommandée.

La prédécoupe du film teinté

Les versions en rouleau sont majoritairement choisies par les automobilistes entreprenant eux-mêmes la pose d’un film teinté. La découpe des morceaux se fait idéalement après une première mesure des fenêtres sur lesquelles ils seront déposés. La découpe sera réalisée sur un plan de travail propre, plat et sans creux pouvant rendre cette étape difficile.

Les morceaux découpés doivent intégrer un surplus de 2cm de chaque côté pour simplifier la pose. Il est également possible de procéder en posant directement le film sur la face externe de la vitre. Le marquage de repères se fera à l’aide d’un outil dont le bout ne détériorera pas la structure du film. Il est idéalement recommandé d’opter pour un accessoire à bout rond dont la forme permettra de marquer des contours grossiers que vous pourrez ensuite venir confirmer au cutter.

Le thermoformage du film teinté

Cette étape consiste à chauffer légèrement le film teinté avant la pose. La pratique a pour objectif d’uniformiser l’application de la couche sur la vitre. Le thermoformage est réalisé à l’aide d’un décapeur thermique, ou d’un sèche-cheveux si vous manquez d’équipement. Cette opération permet de ramollir assez la matière afin qu’elle épouse plus aisément la courbure de la vitre.

Avant la pose, vaporisez l’extérieur de votre vitre avec de l’eau savonneuse. Cette solution servira de base au film prédécoupé dont la face protectrice sera placée vers l’extérieur. Un passage rapide du sèche-cheveux ou du décapeur thermique près du film teinté permettra de se débarrasser des dernières bulles d’air. L’opération peut être optimisée par l’utilisation d’une raclette à vitres.

La pose du film à proprement parler

La pose constitue la dernière étape du processus. Taillé aux bonnes mesures et thermoformé, le film peut être placé directement sur les vitres. Le film protecteur restera vers l’extérieur, et devra être retiré délicatement à la pose. L’intérieur du vitrage sera quant à lui mouillé abondamment à l’eau savonneuse avant la pose définitive du film.

Les excès d’eau et d’air seront supprimés grâce à l’utilisation de la raclette, ou plus simplement d’une éponge. Un nettoyage au chiffon pourra être nécessaire pour se débarrasser des dernières particules d’eau. Le temps de séchage recommandé est de 72h : cette durée assure la résistance et la qualité d’adhérence du film teinté. Pour chaque pose, le type de film utilisé doit correspondre aux critères des produits conformes au Code de la route.

Quelles automobiles sont concernées par ce décret ?

Tout véhicule à usage personnel ou professionnel est réglementé par ce décret. Si le retrait des films surteintés est obligatoire pour la majorité, quelques exceptions subsistent : les voitures blindées utilisées pour la protection de marchandises ou de personnes, tout comme les convoyeurs de fonds sont les premiers à bénéficier d’une dérogation.

Pour les particuliers, la seule exception admise concerne les personnes souffrant de pathologies oculaires certifiées par un document médical. Cette seconde dérogation ne peut être délivrée que si le conducteur est domicilié à la même adresse que celle stipulée sur sa carte grise. Les automobilistes ne désirant pas retirer les films teintés ont le choix entre la pose d’une surcouche clarifiante et un remplacement effectué par un professionnel.